(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Tu n'es pas mon père!

Annonce EB_300X250_fille_regard.jpgIl arrive souvent que les enfants de familles reconstituées vivent des conflits entre eux ce qui indique habituellement des conflits entre les parents. J’ai pu constater ce fait à de nombreuses reprises dans mes ateliers alors que des parents me racontaient des problèmes vécus dans leur famille reconstituée, mais surtout des moments où les enfants disaient au nouveau conjoint de leur parent : « Tu n’es pas mon père » ou « Tu n’es pas ma mère. Je n’ai pas à t’écouter ». Pour arriver à résoudre de tels conflits, il faut d’abord comprendre d’où ils proviennent, soit de l’absence d’engagements clairs et précis entre les deux parents quant au rôle que chacun doit jouer avec les enfants de l’autre.

Il est donc primordial que le nouveau couple discute de l’éducation des enfants dès que la décision de vivre en famille reconstituée est prise et que les enfants prennent part à cette discussion. Cela dit, il est important que chaque décision de la famille reconstituée prenne en considération l’ordre des choses, c’est-à-dire l’ordre naturel des familles. En d’autres mots, il faut que ce soit clair dès le départ pour tout le monde que le conjoint de madame ne jouera pas le rôle du père des enfants de madame et vice versa. Il faut respecter le fait que ces enfants ont leur autre parent biologique, qui est arrivé en premier, et que même si ce dernier est éloigné ou ne s’occupe pas du tout de ses enfants, les enfants, eux, lui restent fidèles.

À titre d’exemple, supposons que monsieur vit un problème avec le fils de madame et qu’il le sermonne et le critique. À coup sûr les conflits commenceront. Il peut partager au garçon qu’il n’est pas du tout d’accord avec son attitude, mais il ne doit pas agir comme s’il était son vrai père à moins que l’enfant lui ait, de lui-même, demandé d’agir en père et qu’il est prêt à l’appeler papa.

Il y a deux moyens qui ont été prouvés comme étant très efficaces pour que les relations soient meilleures entre les enfants et entre parents-enfants dans une famille reconstituée.

Le premier est d’accepter l’idée que les enfants reflètent ce que nous sommes et qu’ON RÉCOLTE TOUJOURS CE QUE L’ON SÈME. Donc si un parent ne se sent pas respecté ou se sent ignoré ou rejeté par l’enfant de son conjoint, il n’a qu’à demander à cet enfant à quel moment il se sent ainsi avec lui. L’enfant sera très heureux de cette démarche ouverte et vraie et aura davantage envie de communiquer avec lui. Souvenez-vous que les enfants ne sont pas obligés d’aimer le nouveau partenaire de leur parent, ce qui ne les empêche pas de les respecter.

L’autre moyen est de planifier une rencontre par semaine au cours de laquelle chaque membre de la famille partage ses difficultés dans les relations familiales. Quand un membre fait son partage, les autres doivent s’en tenir à l’écouter sans essayer de trouver une solution, même si ce partage est rempli de colère et de critiques. Les solutions peuvent se trouver plus tard, entre les personnes concernées et quand les émotions ne sont pas aussi fortes. Après un certain temps, ce sera de plus en plus facile pour chacun de parler sans trop accuser et de trouver une solution plus rapidement.

Une famille reconstituée a deux fois plus d’occasions de vivre des moments difficiles, mais autant de moments heureux. Il faut simplement que chacun soit prêt à y mettre du sien dès le début de la relation.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend