(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Manger en toute liberté

Banniere300x250ETCmars2014.jpgQu’aimez-vous manger ou boire qui, selon vous, n’est pas santé ou fait engraisser? Prenez quelques minutes pour y réfléchir avant de lire cet article.

Vous vous demandez certainement pourquoi je vous ai demandé de faire cet exercice. La raison est bien simple : vous faire prendre conscience du sentiment de culpabilité que, possiblement, vous entretenez lorsque vous les buvez ou les mangez. J’entends souvent des personnes affirmer qu’elles ne se sentent pas coupables dans de telles circonstances puis dire qu’elles ont triché, devraient arrêter de le faire ou ne pas exagérer. Toutes ces expressions laissent entendre un sentiment de culpabilité.

Depuis trente ans je fais des recherches sur les liens qui existent entre l’alimentation et le plan psychologique. À ce jour je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui ne ressent jamais de culpabilité à ce sujet. Il est donc très important d’être conscient de vos sentiments de culpabilité puisque vous ne changerez rien à votre vie tant que vous vous sentirez coupable.

La culpabilité est toujours accompagnée du désir d’arrêter, de changer, de se contrôler.

Plus on se contrôle, plus la culpabilité est grande, moins ça change.

Moins nous acceptons un comportement, plus celui-ci persiste.

Plus nous l’acceptons, plus notre vie change pour le mieux.

Si vous faites partie de ceux qui se contrôlent afin de ne jamais manger d’aliments qui font grossir ou néfastes pour la santé, sachez que c’est votre culpabilité qui fait en sorte que vous vous contrôlez et qui, ainsi, dirige votre vie. Un jour, vous ferez comme tout le monde : vous perdrez le contrôle, soit dans l’alimentation ou dans un autre domaine. Personne n’arrive à se contrôler indéfiniment.

Le secret pour arriver à ne plus vous sentir coupable est de vous donner le droit, POUR LE MOMENT, d’aimer des choses qui ne répondent pas nécessairement à un besoin de votre corps. Plus vous vous accepterez tel que vous êtes, plus vous parviendrez à diminuer votre consommation. Cette notion spirituelle d’acceptation est très difficile à comprendre intellectuellement; il faut l’expérimenter pour en constater la véracité.

Un des moyens que j’utilise pour arriver à cette acceptation est de me demander quel besoin tel aliment ou tel liquide m’aide à combler. S’il ne répond pas à un besoin physique, c’est qu’il répond à un besoin psychologique. Si vous vous posez cette question et que votre réponse est que l’aliment vous permet de vous récompenser, acceptez que, pour le moment, vous n’avez pas trouvé d’autre moyen de le faire, mais que vous y parviendrez un jour.

Prenez vos responsabilités en vous souvenant que vous seul assumez les conséquences de vos décisions et que vous n’avez aucun compte à rendre aux autres lorsque vous mangez ce que vous voulez. Ainsi, vous arriverez peu à peu à aimer des aliments qui répondent davantage aux besoins de votre corps.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend