(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Est-il vraiment nécessaire d'atteindre l'équilibre?

Annonce EB_300X250_fille_quai.jpgCommençons par définir ce qu’est l’équilibre, car la définition diffère selon les enseignements et les dictionnaires. Voici deux définitions différentes :

  • État du cœur et de l'esprit quand aucun trouble intérieur ou extérieur ne gêne leur fonctionnement normal.
  • Juste proportion entre des éléments opposés, entre des forces antagonistes, d’où résulte un état de stabilité et d’harmonie.

 Des synonymes du mot équilibre sont : harmonie, calme, sérénité, tranquillité, paix, pondération. 

Ma définition préférée est la suivante : l'équilibre c’est atteindre l'harmonie entre nos trois corps – physique, émotionnel et mental. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons sentir cette paix intérieure, cette sérénité que nous recherchons tous. Pour arriver à cet équilibre, nous devons prendre la décision que nous méritons d’être aimés et d’être respectés dans tous nos besoins.

Regardons ensemble ce qu’est le déséquilibre, car si nous n’en sommes pas conscients, nous ne pouvons prendre la décision de revenir à l’équilibre.

Très souvent, j'entends des personnes me dire Moi, je vis mon moment présent et je profite à plein de tout ce qui passe, même si j’abuse des bonnes choses.

Nombre de personnes pensent qu’être équilibré doit être très ennuyant et qu'il faut sans cesse se contrôler, se priver de bonnes choses. Cette croyance est totalement fausse. Se contrôler est le meilleur moyen pour ne pas atteindre l’équilibre, car on finit par perdre le contrôle. 

Vous vous êtes certainement déjà contrôlé dans certains domaines de votre vie pour finir par perdre le contrôle. Cependant, on ne perd pas nécessairement le contrôle dans le domaine où l'on s'est contrôlé. Prenons l’exemple d'un homme qui se retient de dire ce qu’il pense, ce qu’il ressent et ce qu’il veut. Sa partenaire est très contrôlante et aime bien décider de tout. Il fait semblant d’être d’accord en se disant qu’ainsi il a la paix. En réalité, c'est une fausse paix parce qu’à l’intérieur de lui, il y a de la frustration qui au moment où il aura atteint sa limite se transformera en colère qu'il finira par extérioriser.

Il pourrait alors perdre le contrôle et dans la colère dire ou faire quelque chose qu'il regretterait ensuite vivement. Ou bien il pourrait perdre le contrôle en fuyant dans l’alcool, le travail, le jeu ou toute autre forme de fuite. La perte de contrôle se manifeste aussi fréquemment dans notre corps physique sous forme de tremblements, de saignements, de diarrhées, de pleurs incontrôlés, d’insomnie, etc. 

Pour atteindre l'équilibre entre nos trois corps, ceux-ci doivent être alimentés le plus possible de façon égale. On nourrit bien son corps physique en lui donnant la nourriture dont il a besoin et au moment où il en a besoin, en se reposant tous les jours et en faisant de l’exercice régulièrement. Tout excès est une indication de contrôle ou de perte de contrôle, et donc de manque d’amour de soi.  

On nourrit notre corps émotionnel en ayant des désirs qui sont basés sur des besoins et ne sont pas motivés par la peur. Des exemples de désir basé sur une peur : je désire être mince par peur d'être abandonné, je désire participer à un évènement par peur de passer à côté de quelque chose. Quand on cherche à combler un besoin, on se sent enthousiaste à l’idée d’obtenir ce qu'on désire et on ne ressent aucun malaise en soi. 

Le corps émotionnel a aussi besoin d’affection, c'est-à-dire en sentant que vous affectez les gens qui vous entourent, que vous vous laissez affecter par eux et que vous pouvez facilement leur montrer votre affection. Si vous ne vous sentez pas aimé, que vous vous rejetez et faites plein de pirouettes pour être aimé, cela signifie que votre corps émotionnel est en déséquilibre. Vous manquez de nourriture affective parce que vous n'avez pas assez d’amour pour vous-même. 

On nourrit notre corps mental en lui apportant sans cesse de nouvelles connaissances qui aident à améliorer notre qualité de vie. On a des pensées agréables et non des pensées de peur, d’agressivité, de colère qui peuvent mener à des obsessions. Ceux qui continuent à ne vouloir vivre que dans le passé en refusant de s’ouvrir aux idées nouvelles privent leur corps mental de bonne nourriture. 

Je ne dis pas que nous devons adhérer à toutes les idées nouvelles, car à la vitesse où la vie nous mène maintenant, c’est quasi impossible. Par contre, vous pouvez retenir une idée en vous disant que vous allez y réfléchir quand vous le pourrez. Si cette idée est bonne pour vous, elle refera surface sous un aspect qui vous plaira. Sinon, elle sera placée dans votre mémoire inconsciente. Ainsi vous affichez une attitude ouverte plutôt que de déclarer rapidement qu'une idée n'est pas bonne. 

On nourrit très bien notre corps mental en développant la capacité de se sentir en sécurité, quelles que soient les situations qui se présentent à nous. Se sentir en sécurité, c’est savoir qu’il y a une solution à tout problème. Ce sentiment de sécurité nous maintient dans la paix intérieure au lieu de la peur. Plus vous vivez de peurs au quotidien, plus votre corps mental manque de nourriture, car non seulement vous ne le nourrissez pas avec de belles pensées de confiance, mais vous épuisez vos réserves. 

Je vous suggère un petit exercice qui demande un peu de temps. Quand vous serez seul et détendu, prenez une feuille de papier et notez si vous nourrissez bien vos trois corps dans tous les domaines de votre vie. Par exemple : vie amoureuse et affective – travail et carrière – loisirs et vacances – lecture, cours, apprentissage – argent et biens matériels – alimentation, etc. Vous constaterez ainsi dans quels domaines il y a des manques et où sont les abus. 

Il ne vous restera qu’à prendre de nouvelles décisions en fonction de l’équilibre que vous voulez atteindre. Souvenez-vous que rien ne peut changer dans votre vie sans une décision de votre part. Mais attention, une décision ferme n’a rien à voir avec des je voudrais ou j’aimerais. Vous pouvez vérifier qu’une décision est ferme lorsque vous ressentez un changement d'attitude en vous (JE VEUX!) et que vous mettez réellement en pratique des moyens d'agir différemment. Si vous n'arrivez pas à passer à l'action malgré les moyens que vous avez trouvés, c'est que vous avez encore peur. 

Un petit exercice très efficace pour vous rappeler votre recherche d’équilibre est de vous visualiser dans une belle lumière. Faites-le le matin avant de vous lever et au coucher avant de vous endormir. 

Atteindre l’équilibre dans votre vie et le maintenir le plus possible est un grand acte d’amour envers vous-même. Vous aurez le bonheur de sentir l’amour que vous vous donnez, ce qui vous aidera à être moins dépendant de l’amour des autres. 

Vous vous rendrez compte qu’il vous sera de plus en plus facile de connaître et de réaliser les besoins de votre être. En effet, plus une personne est équilibrée, plus elle est centrée, donc dans la lumière. Cette dernière lui permet alors de voir rapidement et facilement ce qui est le mieux pour elle.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend