(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Savez-vous comment gérer une personne influencée par un grand ego?

Annonce EB_300X250_fille_regard.jpgEn effet, nous nous retrouvons tous dans certaines situations où nous nous sentons impuissants en communiquant avec quelqu'un à cause de son entêtement – son ego. Ce qui se passe le plus souvent, c’est que l’autre a le don d’activer notre propre ego et nous voilà à essayer de nous contrôler et de nous convaincre l’un et l’autre de notre point de vue.

Je vous rappelle que l’ego est l’ensemble de toutes nos croyances au bien, mal, correct, pas correct, normal, pas normal, etc. Aussitôt qu’il y a un jugement négatif quelconque, cela active des peurs ou de la culpabilité. Nous savons alors que nous ne dirigeons plus notre vie, que nous laissons notre ego prendre le dessus.

Par contre, lorsque nous cherchons à imposer aux autres nos croyances personnelles, cela devient de l’orgueil, qui est plus souvent appelé un GROS ou GRAND EGO. C’est surtout l’orgueil qui, dans le monde entier, affecte le plus les relations que ce soit au plan personnel ou professionnel.

Aujourd’hui j’ai pensé vous donner quelques idées sur le comportement et l’attitude à adopter lorsque vous vous retrouvez face à une personne orgueilleuse.

Il y a plusieurs moyens à utiliser, mais aucun d’eux ne pourra avoir de résultat si vous ne commencez pas par le plus important, celui d’avoir de la COMPASSION pour l’autre. Si vous ne pouvez arriver à une entente avec l’autre après avoir essayé différents moyens et que la situation devient de plus en plus frustrante, cela indique que vous n’avez pas été capable de sentir la douleur et la peur de l’autre.

Je suggère donc de prendre trois bonnes respirations, boire de l’eau si possible, et prendre le temps de ressentir à quel point l’autre a peur, se sent coupable ou a peur de se sentir coupable de quelque chose dans la situation présente.

Prenons l’exemple de Marie qui essaie de convaincre son conjoint Bob de mieux s’alimenter et de faire attention à sa santé. Elle-même se contrôle beaucoup, mais elle dit qu’elle aime mieux cela que d’être grosse et malade. Bob, quant à lui, mange à n'importe quelle heure et aime tout ce qui fait grossir, comme les sodas, la bière, etc. Il ne fait pas d’exercices et Marie qui l’aime beaucoup s’inquiète pour lui, car il prend un peu de poids chaque année.

Il ne se passe pas une journée sans que Marie lui fasse une certaine remarque pour essayer de le convaincre et surtout de le faire admettre qu’elle a raison. Plus elle insiste, plus Bob lui tient tête. Il lui dit que ce n’est pas de ses affaires, que c’est son corps et qu’il a le droit d’en faire ce qu’il veut. Il ne veut surtout pas se contrôler comme Marie qui ne semble pas avoir autant de plaisir que lui. Il la trouve trop sérieuse et exigeante envers elle-même.

Dans tous les autres domaines, ils s’entendent assez bien et ils s’aiment beaucoup. Par contre, à la longue, ce différend est en train d’empiéter sur leur bonheur. On peut voir que ce sont leurs ego qui s’affrontent sans cesse. Lequel des deux va gagner ? Hélas, les deux seront toujours perdants. On ne peut jamais être gagnant avec l’ego. Même si Marie se retenait et arrêtait de vouloir le changer ou que Bob commençait à lui donner raison pour la faire taire, ce ne serait qu’une illusion de victoire. Les deux continueraient à être malheureux dans cette situation.

Comme c’est Marie qui a commencé ce débat, pour vraiment arriver à une entente et à faire la paix dans cette situation, elle doit prendre le temps de RESSENTIR la peur de Bob. Celui-ci, même s’il n’en est pas conscient, a très peur et se sent sans cesse coupable, car si ce n’était pas le cas, Marie n’essaierait pas de le culpabiliser. Ensuite, Marie doit vérifier quelles sont ses propres peurs et culpabilités.

L’étape suivante est la COMMUNICATION VÉRITABLE, c'est-à-dire basée sur des questions. Marie peut expliquer à Bob qu’elle réalise que cette situation est sans issue à cause de son ego qui prend le dessus et l’incite à vouloir le contrôler. Elle peut lui parler des peurs et des culpabilités qu’elle a découvertes à son propre sujet. Elle peut aussi lui demander s’il s’est déjà posé des questions sur ses propres peurs et culpabilités. S’il dit oui et qu’il veut en parler, ce sera très bénéfique. Elle doit seulement l’écouter et peut poser des questions, surtout sur comment il se sent. Il est important qu'elle ne parle surtout pas de l’ego de Bob, car c’est lui qui doit le découvrir pour que la discussion porte fruit.

Il est probable qu’il dise n'avoir aucune peur ni culpabilité. Marie devrait alors lâcher prise et lui dire que si jamais il en découvre, elle espère qu'il aura envie de lui en parler. Elle peut lui demander comment il se sent quand elle cherche à le contrôler dans cette situation. Dans une vraie communication, il n’y a jamais d’accusations ou de jugements, seulement de l’intérêt pour ce que l’autre vit.

Lâcher prise signifie que nous continuons à vouloir quelque chose, mais que nous n’essayons pas de contrôler comment et quand cela va arriver. Nous faisons confiance à l’Univers. Rien n’empêche Marie de demander de temps à autre à Bob s’il a découvert quelque chose, mais sans insister.

Quand tous les deux sont capables d’admettre leurs peurs, ils peuvent discuter du moyen qu’ils pourraient utiliser pour mettre un peu d’eau dans leur vin et arriver à une entente. Par exemple, Marie peut accepter de parfois moins se contrôler et se permettre un écart avec Bob. Quant à ce dernier, il pourrait peut-être accepter d'agir comme avant seulement une fois sur deux. Le plus important c’est que tous les deux continuent de se parler et de ressentir ce que l’autre vit.

Si vous décidez d’expérimenter ce qui précède, soyez surtout patient et tolérant envers l’autre et vous-même. Il se peut qu’à plusieurs reprises, malgré votre bonne intention, l’ego de l’un active l’ego de l’autre. Voilà que l’obstination et le contrôle seraient de retour. Ce serait bénéfique de dire à ce moment-là : Je crois qu’il est mieux que nous arrêtions cette discussion et admettions tous les deux que nous ne sommes pas d’accord pour le moment parce que nos ego ont pris le dessus. Nous en reparlerons un autre jour.

Après vous être pratiqué plusieurs fois, vous verrez que ce genre d’entente et de paix deviendra de plus en plus facile avec tous ceux qui vous entourent. On ne peut rien apprendre sans pratique.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend