(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Quand vous dites ''il faut'' c'est que vous avez un désir ou un besoin non comblé

annonce_EB_siteweb_2015_3.jpgVous pensez peut-être qu’il est normal de le dire parce que la vie est ainsi. Mais permettez-moi de vous expliquer pourquoi vous devriez porter attention aux fois où vous le dites. D’ailleurs je vous suggère de noter combien de fois par jour vous prononcez les mots « Il faut ». Vous seriez probablement surpris du résultat. Vous pouvez même demander à vos proches de vous aider puisqu’on ne s’en rend pas toujours compte. 

Prenons quelques exemples. Vous venez de terminer votre journée de travail et vous vous dites qu’il faut que vous alliez préparer le souper pour votre famille. Avez-vous vraiment envie de le faire? Si c’était le cas, vous ne diriez pas « Il faut ». Ceci vous indique donc que vous souhaiteriez le contraire. Votre préférence ne serait-elle pas d’arriver chez vous et que le repas soit déjà prêt? 

Vous dites-vous parfois que vous devriez vous mettre au régime parce que vous avez encore pris du poids? Vous sentez-vous vraiment capable de le faire? Votre préférence ne serait-elle pas de vous accepter avec ce poids? 

Un autre exemple qui se situe davantage au niveau du ÊTRE est le suivant. Vous vous dites qu’il faut que vous soyez plus présent pour votre conjointe ou vos enfants. Si vous n’êtes pas assez présent, c’est que ce qui vous empêche de l’être est très important pour vous et que c’est votre préférence de continuer ainsi. 

Tous ces « Il faut» viennent de notre ego qui travaille sans relâche pour nous indiquer ce qui est bien ou mal. Chaque « Il faut » cache donc une peur qu’il est bénéfique d’identifier. Pour ce faire, posez-vous les deux questions suivantes chaque fois que vous vous entendez dire « Il faut » : 

  • Quelle serait ma préférence?
  • Si je m’autorisais à suivre ma préférence, j’aurai peur qu’il arrive quoi? 

Après avoir répondu à ces questions, vérifiez si vous seriez prêt à assumer les conséquences d’agir selon votre préférence. Dans l’affirmative, ce qui est souvent le cas, vous aurez fait un acte d’amour envers vous-même puisque vous aurez écouté davantage vos besoins. Si par contre vous parvenez à la conclusion que vous ne pourriez pas assumer les conséquences, autorisez-vous à avoir peur et donc à ne pas écouter votre préférence. C’est une autre forme d’acte d’amour envers vous-même. En prenant consciemment une décision, il sera plus facile pour vous de ne pas suivre votre préférence sans oublier votre vrai besoin. Au lieu de dire « Il faut », vous direz « Je choisis ». Il vous sera aussi plus facile de partager votre vrai besoin avec ceux qui vous entourent et d’arriver à une entente pour concilier votre besoin et votre « Il faut ». 

Il peut arriver que nous nous retrouvions dans de vraies situations de « Il faut ». Par exemple, si j’ai une nouvelle conférence à faire dans quelques jours et que je ne l’ai pas encore écrite, je suis dans le « Il faut ».  Par contre, chaque fois que nous sommes dans ce genre de situation, on vit du stress parce qu’on préférerait ne pas être à la dernière minute ou on aurait préféré ne pas s’engager. 

Il est important d’être de plus en plus conscient du nombre de fois où vous pensez ou dites « Il faut » car ça vous aide à découvrir vos besoins. De plus, quand vous vous retrouvez trop souvent dans des situations stressantes, c’est signe qu’il est urgent que vous vous organisiez mieux, déléguiez davantage ou que vous vous engagiez moins. Beaucoup de personnes se retrouvent souvent dans le « Il faut » parce qu’elles ne sont pas capables de dire non ou se croient responsables du bonheur des autres. 

Et puis ne vous faites pas jouer des tours par votre ego! Je connais plusieurs personnes qui ont changé l’expression « Il faut » par « Je dois »! Quelle que soit l’expression que vous utilisiez, le stress ou le malaise de ne pas répondre à vos besoins sera quand même présent. Quand vous choisissez de faire quelque chose, vous ne vivez pas de malaise ou d’agitation intérieure. Vous le faites avec plus de joie et d’acceptation.

Avec amour, 

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend