(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Pour quelle raison voulez-vous aider les autres?

Annonce EB_300X250_fille_quai.jpgLa plupart des gens sont portés naturellement à vouloir aider une personne en difficulté. Vous reconnaissez-vous? Est-ce souvent plus fort que vous d’offrir votre aide à quelqu’un qui vous parle d’un problème? Réalisez-vous qu’il est fréquent qu’une personne en difficulté ne veuille pas de votre aide à ce moment ou sous la forme que vous offrez?

Si vous êtes du genre à vouloir à tout prix aider une personne, avant même qu’elle vous ait demandé de l’aide, c’est que vous vous attendez à ce que les autres agissent ainsi avec vous. Il est fort probable que cela vous donne l’illusion d’être aimé et que vous croyiez que n’importe quelle forme d’attention et de soutien de la part des autres – même si elle ne vous convient pas – est une expression d’amour.

Avez-vous remarqué que lorsque l’on vous donne toutes sortes de conseils, vous les suivez rarement? Ce n’est pas de conseils ni d’encouragements dont vous avez besoin, c’est seulement d’attention. Vous pouvez aussi fréquemment avoir l’impression que les autres ne se mêlent pas de leurs affaires. Si cela vous dérange, c’est parce que vous êtes inconscient de votre grand besoin de soutien et d’attention de la part des autres.

Reconnaissez ce fait et dites-vous que le jour où vous vous aimerez assez, où vous vous donnerez toute l’attention dont vous avez besoin, vous ne serez plus dépendant de l’attention des autres.

Quand c’est vous qui donnez des conseils à une personne qui ne vous a rien demandé, il est tout aussi probable qu’elle ne les suive pas. Cela peut vous faire vivre de la frustration, voire même de la colère, car vous croyez qu’elle refuse votre amour. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment vous pourriez aider une personne qui ne vous a pas encore dit ce qu’elle voulait? Et comment quelqu’un pourrait-il savoir comment vous aider si vous n’avez pas demandé clairement ce que vous voulez?

Parler d’un problème et parler de ce que nous voulons n’est pas du tout la même chose. Voilà pourquoi il est très important, avant d’aider spontanément une personne, de VÉRIFIER si elle veut de l’aide. Si elle dit oui, demandez quelle forme d’aide lui conviendrait. Si ce qu’elle désire est trop pour vous, vous aurez alors l’occasion de respecter vos limites et de nommer ce qu’il vous est possible de donner. Si elle insiste pour avoir ce qui est au-delà de vos limites, vous devez lui exprimer, et ce, SANS VOUS SENTIR COUPABLE car personne n’est obligé de dire oui. Cela veut dire que les autres peuvent également vous dire non lorsque vous demandez de l’aide.

Afin de devenir plus conscient de votre façon de vouloir aider les autres, je vous suggère d’observer s’il vous est facile d’écouter une personne (même un étranger) parler de ses problèmes sans être directement porté à lui faire une suggestion ou lui donner un conseil, qui selon vous, l’aiderait grandement à trouver une solution à ses problèmes.

Une personne qui raconte facilement et souvent ses problèmes le fait pour avoir de l’attention, que ce soit conscient ou non. Un grand nombre de personnes sont convaincues d’avoir plus d’attention avec des problèmes qu’avec des bonnes nouvelles. Pourquoi croyez-vous que les journaux se vendent si bien en parlant des problèmes de ce monde? Un jour, un Californien a eu la brillante idée de créer un journal qui ne diffusait que des bonnes nouvelles. Il a dû fermer ses portes après un an.

Je vous suggère d’expérimenter d’agir comme suit quand une personne vous parle d’un problème. Vous l’écoutez – si vous en avez envie – et ensuite, vous lui dites J’ai bien entendu que tu vis quelque chose de difficile en ce moment. Qu’as-tu fait pour régler ce problème jusqu’à maintenant? Elle dira probablement qu’elle ne sait pas quoi faire. Vous répondez alors : As-tu des idées sur ce que tu pourrais faire? Si elle vous en nomme, respectez-les, même si vous n’êtes pas d’accord avec ses idées et encouragez-la à passer à l’action. Si elle n’en a pas, demandez-lui : Est-ce que tu me partages ce problème parce que tu as besoin d’aide? Veux-tu que je te dise ce que je ferais à ta place? Si elle dit oui, voilà alors l’occasion de lui donner votre conseil.

Cependant, souvenez-vous qu’elle n’est pas obligée de le suivre et de passer à l’action. Votre conseil peut être au-delà de ses limites. De plus, il est possible que cette personne vous dise qu’elle ne vous parlait pas de son problème afin d’avoir vos conseils, qu’elle avait juste besoin d’une oreille compatissante. Si vous êtes capable de vous sentir bien avec cette réponse, cela signifie que vous êtes capable d’aider sans attentes. Si vous vivez de la colère parce qu’elle refuse votre aide et que vous avez l’impression d’avoir perdu votre temps à l’écouter, c’est le signe que vous avez des attentes et que vous croyez encore qu’aider veut dire aimer.

Je vous rappelle que vous aimer, c’est vous accepter tel que vous êtes. C’est surtout accepter les parties de vous que vous n’aimez pas, avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord. C’est vous donner le droit d’être humain et arrêter de croire tout ce que votre ego vous dit. De même, aimer les autres, c’est les accepter tels qu’ils sont.

MOINS ON S’ACCEPTE, PLUS ON RECHERCHE DE L’AMOUR À L’EXTÉRIEUR. De plus, moins on s’aime, moins on écoute ses besoins profonds et on croit devoir écouter les besoins des autres avant les siens. Voilà la grande raison des problèmes de relation : le manque d’amour de soi.

Pourquoi ne pas décider dès maintenant de vous donner de l’attention au moins une fois par jour en vous demandant ce qui vous rendrait heureux à ce moment. Par conséquent, vous aurez moins d’attentes envers les autres. De plus, permettez-vous, au moins une fois par jour, un défaut, une faiblesse ou une peur. 

D’autre part, informez vos proches que vous voulez apprendre à les aider seulement quand ils le souhaitent. Précisez-leur qu’ils peuvent vous faire remarquer quand vous oubliez de vérifier s’ils ont besoin d’aide avant de faire ou de dire quelque chose pour les aider.

Vous serez agréablement surpris de découvrir combien ce genre de respect améliore les relations et diminue les émotions vécues, surtout la culpabilité. Vous arriverez ainsi peu à peu à aider PAR AMOUR et non POUR ÊTRE AIMÉ.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend