(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Avez-vous assez de temps pour vous-même?

Banniere300x250ETCmars2014.jpgLa difficulté de s’occuper de ses propres besoins est en général la cause première du manque de temps vécu par un nombre grandissant de personnes. Fais-tu partie de ceux qui se plaignent de ne jamais avoir assez de temps pour penser à eux? Si oui, je te suggère d’être plus alerte à ce que tu fais chaque jour. Une bonne idée est de noter tout ce dont tu fais qui n’est pas productif et ensuite, ce que tu fais de productif.

Tu seras surpris de découvrir le nombre d’heures passées à une occupation qui t’a fait plaisir, car nous croyons souvent que nous passons nos journées à faire des choses par obligation. C’est la peur d’être égoïste, d’être centré sur nous, qui nous empêche de voir que la réalité est beaucoup plus agréable que nous le croyons.

Tu peux, de plus, te demander ce que t’ont rapporté toutes tes activités productives de la journée. Qu’elles soient faites pour toi ou pour un autre, tu t’apercevras à quel point tu les fais pour toi-même.

Plusieurs se plaignent de ne jamais avoir assez de temps pour eux, mais j'entends très souvent des gens dire qu'ils aimeraient beaucoup ne rien faire un jour. Si tu rêves du jour où tu ne "feras rien", que veux-tu dire par cette expression? T’asseoir et faire de la contemplation? Je me suis rendu compte au fil des années que "ne rien faire" semble très difficile, voire impossible, pour les personnes très actives de nature. Pour ma part, faisant partie de ces personnes, j’ai choisi de définir "ne rien faire" par "ne rien faire de productif". Quand je marche pour le plaisir d’être avec la nature, je ne fais rien. Par contre, quand je marche d’un bon pas pour garder la forme, je fais quelque chose de productif.

Le fait de tout noter ainsi pendant au moins trois semaines t’aidera beaucoup à améliorer ta relation avec le temps. Si tu te rends compte que tu fais beaucoup d’activités par obligation qui ne te plaisent pas, ce sera un signe que tu agis plus par peur que par amour pour toi. Tu dois réviser tes engagements en tenant plus compte de tes besoins.

T’accepter et t’aimer, c’est te donner le droit de penser à toi en premier. Si tu ne t’occupes pas de tes besoins, qui va s’en charger? Tu sauras que tu t’acceptes véritablement dans l’écoute de tes besoins lorsque les autres t’admireront pour ça, au lieu de t’accuser d’être égoïste ou égocentrique. S’ils te critiquent ou te jugent ainsi, c’est parce que tu ne t’acceptes pas. Alors, remercie-les de te critiquer. Dis-leur que leurs critiques te permettent de devenir conscient de l’acceptation qu’il te reste à faire.

Tu verras que, par la suite, tu deviendras plus attentif à tes propres critiques envers toi-même.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend