(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Ce que la vie m'a appris

Après mûre réflexion sur ce sujet, je me rends compte que depuis ma plus tendre enfance jusqu’au début de monannonce_EB_siteweb_2015_4.jpg travail d’introspection, j’ai vécu beaucoup d’expériences sans jamais prendre conscience du fruit de ces expériences. Heureusement que rien ne se perd dans la vie. J’ai pu ainsi refaire une introspection des situations du passé pour y découvrir celles qui ont été bénéfiques, mais également éviter de répéter celles qui m’ont occasionné de grandes difficultés. 

J’ai ainsi vécu, ce que j’appelle dans l’inconscience, jusqu’à l’âge de 40 ans. J’ai traversé un mariage, un divorce, eu trois enfants, une brève carrière en tant que secrétaire juridique ainsi qu’une longue carrière dans le domaine de la vente. Même si je réussissais bien au niveau professionnel, je réalise que je vivais un peu comme un robot; je me laissais ballotter par les événements. 

Durant les seize années dans le domaine de la vente, je me suis ouverte au pouvoir de la pensée positive pour me rendre compte que la méthode du positivisme, c’est-à-dire répéter des affirmations positives camouflait le problème, car il ne touchait pas à la cause véritable. Il n’apportait en fait qu’une solution temporaire, ce qui n’était pas très bénéfique à long terme. Je considère que ma démarche spirituelle a débuté quand j’ai voulu chercher la cause de mes soucis, entre autres, dans ma vie de couple, mes relations familiales, dans le domaine de l’argent et de la santé. 

J’ai décidé que je voulais désormais laisser l’amour et l’intelligence diriger ma vie. J’en avais assez de vivre de la culpabilité et des peurs, surtout celle de ne pas être parfaite. Je croyais que pour être aimée, je devais être parfaite. Je cherchais cette perfection dans le FAIRE plutôt que dans l’ÊTRE. Ma plus grande libération fut d’apprendre qu’en fin de compte, nous sommes toujours parfaits, parfaitement intelligents ou parfaitement idiots… Cela revient à nous d’en faire un choix conscient qu’il nous incombe par la suite d’accepter. 

Voici les éléments qui m’ont le plus aidé à transformer ma vie afin d’en arriver aujourd’hui à être heureuse et épanouie. 

Dans ma vie de couple, le fait d’apprendre la différence entre PLAIRE et AIMER fut d’une grande utilité. Depuis que je reconnais que si mon conjoint ne veut pas toujours me faire plaisir ou accéder à mes demandes, il n’est pas en train de me dire qu’il ne m’aime pas. Plaire et aimer sont deux choses totalement différentes. Le même principe s’applique envers lui ainsi  qu’avec tous mes proches. Je n’ai pas toujours besoin de répondre à leurs demandes, de leur plaire afin de me sentir quand même aimée d’eux. Savoir que l’amour véritable est tout simplement le fait de s’accepter et accepter les autres dans leurs différences aide énormément à simplifier la vie. 

Un outil extraordinaire qui m’a été d’un très grand secours et l’est toujours est  l’approche du MIROIR. C’est l’outil par excellence pour améliorer toutes relations, qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Par exemple, aussitôt que je deviens consciente d’un quelconque malaise, d’une colère ou  d’une émotion, je sais que je suis en train de critiquer quelqu’un d'autre ou moi-même. Quand c’est moi que je critique, je m’aperçois rapidement que je suis trop exigeante envers moi-même. 

Quand je critique une autre personne, utiliser le miroir signifie de devenir conscient de quoi je l’accuse d’ÊTRE. Ensuite, reconnaître que cette même personne me critique d’ÊTRE le même attribut de ce dont je l’accuse. Je cherche alors dans quelles circonstances cette autre personne aurait pu me critiquer de cet attribut,  puis quand survient la réponse, il ne me reste qu’à reconnaître quelles étaient mes intentions ou ma motivation dans cette situation. 

Puisque nous récoltons toujours selon notre intention, je reconnais donc que l’autre ait eu tout simplement la même intention que moi. Je réalise, de plus, que non seulement j’accuse cette personne d’ÊTRE ainsi, mais que je m’accuse également de la même chose. Cela revient donc au fait que je suis trop exigeante envers moi-même et par conséquent, envers les autres. 

L’approche du miroir est l’outil le plus puissant que j’ai appris et pratiqué au cours de ma vie. 

Un autre outil qui se veut très libérateur et qui m’a demandé plusieurs années de pratique est le LÂCHER-PRISE. Il fut parmi mes victoires les plus importantes tout au long de mon cheminement. J’ai appris que nous lâchons prise quand nous cessons d’être attachés aux résultats. Quelle révélation ! Lâcher prise signifie donc être bien, être calme et serein même si nous n’obtenons pas les résultats escomptés. 

Cette pratique fut très difficile dans ma vie car après seize années dans le domaine de la vente où j’ai très bien réussi parce que justement je n’étais motivée que par les résultats. J’avais toujours des quotas à atteindre et je les atteignais, mais à quel prix ! Ce n’est que lorsque j’ai découvert le lâcher-prise que j’ai su à quel point j’étais dure et exigeante envers moi-même. J’avais oublié d’écouter mes besoins, que j’ignorais d’ailleurs. C’était la réussite qui comptait avant tout. 

Je vivais dans la peur continuelle de ne pas atteindre mes objectifs et dans le contrôle total au lieu du lâcher-prise. Puisque je gagnais très bien ma vie, j’ignorais que j’avais des problèmes reliés à l’argent. C’est au moment où j’ai débuté mon école ÉCOUTE TON CORPS que j’ai réalisé que j’avais ce problème à surmonter. J’avais associé « atteindre mes buts » et « vivre dans la prospérité ». Donc comme je n’atteignais pas mes buts, j’ai commencé à avoir de sérieux problèmes d’argent. Il m’a fallu plusieurs années à comprendre et à changer ma vision des choses dans ce domaine. À mesure que je lâchais prise davantage, j’ai réussi à rembourser mes dettes. 

Aujourd’hui, j’ai toujours des buts à atteindre, des projets en marche, mais je sais que si l’Univers me dirige vers une autre direction, c’est qu’il y a autre chose de plus bénéfique qui m’attend.  J’ai fini de me culpabiliser, de me juger ou de me valoriser par les résultats dans ma vie. Cet état d’être m’aide en plus à conserver une attitude plus humble quand j’atteins mes buts. La grande leçon que j’en ai tirée avec celle du lâcher-prise est celle-ci : JE SAIS DÉSORMAIS QUE JE NE « SUIS » PAS CE QUE JE « FAIS ». 

Pour terminer, je tiens à vous faire part de ma plus récente découverte. Il est impératif DE SE DONNER LE DROIT D’ÊTRE CE QU’ON NE VEUT PAS ÊTRE AVANT D’ARRIVER À ÊTRE CE QU’ON VEUT ÊTRE, et ce, dans tous les domaines. 

Je perçois la vie comme une grande école où nous ne cessons jamais d’apprendre. C’est avec enthousiasme que je remercieLa Viechaque jour pour cette opportunité de continuer mon apprentissage dans l’amour véritable. 

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend