(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Le pardon – peut-on tout pardonner ?

Banniere_300x250_Ecoutetoncorps_oct_2014.jpgCette question, qui m’est posée très fréquemment, reflète à quel point il semble inconcevable pour la plupart d’entre nous que la réponse puisse être OUI. Pourquoi ? Parce que notre ego, qui cherche sans cesse à nous contrôler, est convaincu que ce n’est pas à nous à pardonner, mais bien aux autres qui nous ont fait souffrir. 

Il est impossible pour l’ego, qui n'est que matière mentale, de comprendre et d’admettre l’importance de prendre la responsabilité de notre vie puisqu'il s'agit d'une notion spirituelle. Toute notion spirituelle est reliée aux grands besoins de l’âme, comme le pardon et l’amour de soi. 

Lorsque vous vivez un problème relationnel et pensez que ce n’est pas à vous de faire les premiers pas parce c'est l’autre qui est en faute, soyez alerte. Ces pensées ne viennent pas de votre cœur. C'est votre ego qui a pris le contrôle à ce moment-là. 

Pourquoi puis-je affirmer que tout peut être pardonné ? Parce que je reconnais que je suis entièrement responsable de ce que je crée dans ma vie. Tout ce que j’attire à moi est le fruit de ma création physique, émotionnelle et mentale. Voilà pourquoi il est si important de prendre la décision de se réconcilier avec l’autre et de se pardonner, car ce n’est qu’ainsi que nous pouvons mettre fin à nos difficultés relationnelles. 

Je suggère cependant pour vous pratiquer de commencer avec des problèmes moins sérieux. C'est effectivement plus difficile pour les conflits qui durent depuis de nombreuses années et qui se sont parfois transmis d’une génération à l’autre. Toute douleur occasionnée par une blessure de l’âme ne peut disparaître qu'en appliquant le pardon véritable. Les cinq blessures de l'âme sont le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. 

En général, il est plus difficile de pardonner aux personnes qui ont éveillé notre blessure de rejet, car elle est trop souffrante. C’est alors que notre ego entre en jeu et fait tout en son pouvoir pour que nous occultions la douleur par de multiples moyens. Par conséquent, nous serons inconscients de la vraie douleur. L’ego ignore que plus nous cherchons à occulter une douleur, plus elle grossit et peut finir par exploser sous forme d’un conflit relationnel sérieux ou d'un grave problème physique. 

J’ai mentionné que la première étape est d’accepter d’assumer la responsabilité du problème que nous vivons. Attention ! Je ne dis pas « la culpabilité », mais bien la responsabilité. Nous ne sommes pas coupables de ce que nous attirons, nous en sommes responsables. Chaque incident, chaque personne dans notre vie peuvent nous aider à devenir conscients du degré d’amour que nous avons pour nous-mêmes. 

La deuxième étape est d’accepter le fait que l’autre est dans notre vie pour nous aider à nous connaître et nous reflète notre façon d'ÊTRE. Pour découvrir la raison pour laquelle nous attirons une difficulté avec une personne, nous devons nous demander ce que nous la jugeons d’ÊTRE. Par exemple, si vous l'accusez d’être ingrate, cette situation attire votre attention sur le fait que vous ne vous aimez pas lorsque vous êtes ingrat. Ceci vous aidera à vous réconcilier avec l’autre, car vous saurez que lorsque vous êtes ingrat, tout comme l’autre, votre intention n’était pas mauvaise. Si vous ne pouvez pas voir à quel moment vous l’êtes, vérifiez auprès de ceux qui vous connaissent bien. 

Ensuite, vous pouvez passer à l’étape suivante, qui est la plus importante : le pardon de soi. Vous pardonner, c'est avoir de la compassion pour vous-même et cesser de vous juger ou de vouloir vous changer. C'est accepter d’être humain, d'avoir des peurs, des croyances, des blessures, des faiblesses et des défauts comme TOUS les humains. Vous vous autorisez à avoir été ingrat parce que vous ne pouviez pas être autrement à ce moment-là. 

Après vous être pardonné dans plusieurs situations difficiles du quotidien, impliquant différentes personnes, il vous sera plus facile de passer aux grandes souffrances qui datent certainement de votre enfance et qui continuent de se répéter avec vos proches. Vous arriverez ainsi, peu à peu, à vous aimer davantage. 

S’AIMER, C’EST SE DONNER LE DROIT D’ÊTRE HUMAIN, autant dans nos aspects positifs que dans nos aspects négatifs. Nous avons tous à vivre de multiples expériences, à vérifier quelles en sont les conséquences, à accepter nos choix et à être reconnaissants pour ce que nous avons appris. LA VRAIE ACCEPTATION EST ATTEINTE QUAND NOUS ACCEPTONS TANT NOS ATTITUDES POSITIVES QUE NÉGATIVES.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles et ateliers suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend