(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Faire la différence entre être riche et pauvre

Banniere_300x250_Ecoutetoncorps_oct_2014.jpgSi je vous demandais à l’instant même si vous vous considérez comme riche ou pauvre, qu’est-ce que vous me répondriez ? Prenez quelques secondes pour y réfléchir… 

Sur quoi se base votre réponse ? Sur l’état de votre compte en banque ? De vos possessions ? Ou sur votre état intérieur? 

En effet, la pauvreté et la prospérité sont des états d’être qui n’ont rien à voir avec nos possessions puisqu'ils découlent du monde de l’être, c’est-à-dire le monde spirituel. Par contre l’abondance et son opposé, le manque, sont liés au monde matériel. Une personne qui fait tout pour conserver et ne pas perdre sa fortune est pauvre. On peut donc vivre dans l’abondance et être pauvre ou vivre dans la prospérité et avoir peu de biens ou d’argent. 

Si votre réponse à ma question était basée sur vos biens, vos revenus, vos économies, c’est que vous entretenez la peur du manque. Il est important de développer l’état de prospérité, car autrement vous continuerez à croire au manque. Il se peut que votre première réaction soit Non ce n’est pas vrai, je n’ai pas peur parce que j’ai de bonnes économies. Ce que vous avez accumulé, c’est de l’abondance, qui signifie « avoir plus que le nécessaire ». Être prospère c’est savoir au plus profond de vous que vous aurez toujours ce dont vous avez besoin au moment voulu. C’est croire fondamentalement en votre grande puissance intérieure. 

Pour ma part, je viens d’une famille croyant qu’il fallait avoir de l’argent pour être riche. Très jeune déjà, j’ai commencé à travailler beaucoup pour m’assurer d’avoir de l’argent. Jusqu’à l’âge de 41 ans, où j’ai fondé l’école Écoute Ton Corps, j’ai vécu dans l’abondance et je me considérais comme riche grâce aux bons revenus de mon conjoint et moi-même, nos économies, notre belle maison, nos belles voitures, etc. Nous vivions comme des riches, mais si nous avions tout perdu à ce moment-là, cela aurait été un grand drame pour nous deux. 

Cette étape de vie m'était nécessaire pour devenir consciente de la différence entre la prospérité et l’abondance. Les débuts d’Écoute Ton Corps ont été très difficiles, car après quelques mois seulement, je n’avais plus d’argent et j’ai commencé à m’endetter. Peu à peu, j’ai développé l’état de prospérité en me rendant compte que toutes les personnes qui acceptaient de me prêter de l’argent pour réaliser mon projet représentaient la confiance que l’Univers avait en moi. Au lieu d’avoir peur, je fonçais de plus en plus en sachant au plus profond de moi que, même avec des dettes, j’arrivais à atteindre tous mes buts. 

Plus mon état de prospérité augmentait, plus mon état de pauvreté et mes dettes ont diminué au fil des années. Le jour où ma comptable m’a annoncé qu’Écoute Ton Corps n’était plus endettés fut spécial. Je me suis rendu compte que ma plus grande fierté n’était pas d’avoir pu rembourser, mais bien d’avoir été capable de toujours être en contact avec mes besoins et de ne pas avoir laissé le manque d’argent affecter mes décisions. 

En résumé, plus on développe un état d'être, plus celui-ci prend de la force. C’est ce qui explique pourquoi tant de gens fortunés se retrouvent un jour sans rien. Certains en tombent malades, d’autres se suicident. Ils ne savent pas qu'en entretenant la peur du manque, il renforce l'état de pauvreté et celui-ci finit par se manifester. 

Je connais de nombreuses personnes retraitées qui ont de bonnes réserves, mais qui continuent sans cesse à laisser l’argent décider pour eux. Ils récoltent ainsi une fin de vie sans joie et souvent accompagnée de plusieurs maladies, à cause de leur état de pauvreté avec lequel ils vont probablement mourir. 

Que désirez-vous ? Quels sont vos buts, vos projets ? Osez-vous foncer en sachant que vous avez en vous tout ce qui est nécessaire pour y arriver ? Vous seul pouvez décider si vous choisissez la prospérité ou la pauvreté. Quand votre choix est fait et que vous l’acceptez, je peux vous assurer que vos proches l’acceptent aussi. 

Avec amour, 

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend