(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Ce que nous révèle l’alimentation sur les blessures de l’âme

annonce_EB_siteweb_2015_3.jpgNotre corps nous parle sans cesse. Que ce soit par sa morphologie, ses malaises et maladies ou sa façon de s’alimenter, il ne se trompe jamais. Voilà pourquoi j’appelle notre corps notre plus grand ami sur terre. Il utilise plusieurs moyens pour attirer notre attention sur le fait que nous n’écoutons pas nos besoins, donc que nous ne nous aimons pas assez. Sa plus grande raison d’être est certainement de nous aider à retourner à l’amour véritable.

Chaque fois que nous n’agissons pas par amour, mais par peur, cela nous indique que nous sommes influencés par une de nos blessures qui vient d’être activée. Cette dernière est toujours activée par notre perception d'une situation. Nous croyons généralement que ce sont les autres qui activent nos blessures, mais cette croyance est fausse. Elle vient de notre ego qui veut nous faire croire que toute difficulté est créée à l’extérieur de nous. Il nous empêche ainsi de prendre notre responsabilité et cela continue de le nourrir.

Voici la description des différentes façons de s’alimenter selon la blessure activée.

BLESSURE DE REJET. Vous êtes coupé de votre senti, donc vous ne sentez pas la faim. Si vous mangez, ce seront des petites portions et vous ne les goûterez pas vraiment. Vous serez porté à fuir dans l’alcool et/ou le sucre. Il se peut aussi que vous soyez souvent attiré par des aliments très épicés pour avoir la sensation de goûter quelque chose.

BLESSURE D’ABANDON. Vous êtes porté à compenser par l’alimentation pour le manque d’amour et d’attention. Vous pouvez facilement manger sans vous arrêter, espérant ainsi combler le vide intérieur que vous ressentez. Vous êtes davantage attiré par des aliments mous.

BLESSURE D’HUMILIATION. Étant une personne très sensuelle, quand vous souffrez d’humiliation, vous vous retenez de faire plaisir à vos sens, et ce, dans tous les domaines. Vous croyez que c’est indigne, humiliant, honteux. Vous êtes du genre à manger avec vos yeux. Il vous est difficile de ne pas toucher ce que vous voyez. Quand vous n’en pouvez plus de vous retenir, vous perdez le contrôle dans la nourriture. Vous jouissez beaucoup de ce que vous mangez, mais vous vous en sentez très coupable. Plus vous vous promettez de ne plus recommencer et moins vous y arrivez. Vous êtes plus attiré par des aliments gras.

BLESSURE DE TRAHISON. Étant du genre à vouloir avoir le dernier mot, vous êtes porté à ajouter du sel, des épices, du sucre, avant même d'avoir goûté. Vous mangez souvent trop vite, sans bien mastiquer ou goûter tout en faisant plusieurs autres choses en même temps. Vous êtes porté à mordre dans la nourriture, montrant ainsi votre colère.

BLESSURE D’INJUSTICE. Vous êtes le type de personne le plus apte à suivre des régimes ou à vous contrôler. Vous retenant souvent de vous faire plaisir, quand vous n’en pouvez plus, vous vous récompensez avec de la nourriture. Cependant, vous trouvez un moyen de vous justifier et faites semblant que ça arrive rarement. Vous pouvez aussi aimer ajouter des épices pour arriver à sentir et goûter, mais vous prenez le temps de bien goûter pour vous assurer que ce sera juste à votre goût. Vous êtes plutôt attiré par des aliments croquants et durs.

Ces descriptions vous aideront à vérifier si vous vous alimentez en écoutant les besoins de votre corps ou si vous êtes en réaction à quelque chose ou à quelqu’un à cause de vos peurs influencées par une ou plusieurs de vos blessures.

N’essayez surtout pas de vous contrôler. Dites plutôt MERCI à votre corps de vous aider à vous connaître grâce à votre alimentation. Vous éviterez ainsi de vous sentir coupable et votre corps digérera et éliminera beaucoup mieux ce que vous avez mangé ou bu dont il n’a pas besoin.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend