(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Seuls les comportements pacifiques peuvent vraiment résoudre un conflit ou un problème

Annonce EB_300X250_couple_banc.jpgUne majorité de gens utilisent des moyens de communiquer qui sont très nuisibles à leurs relations. Vous vous reconnaitrez peut-être dans certains de ces comportements : 

  • la manipulation
  • le mensonge
  • la critique
  • la culpabilisation
  • la menace
  • le déni
  • la violence 

Prenons l’exemple de parents qui découvrent que leur fils se drogue et ils le suspectent de voler pour se procurer l’argent nécessaire à sa dépendance. En réaction à cette découverte, ils peuvent le traiter de tous les noms, voire même crier et être violents, le manipuler en lui promettant quelque chose s’il arrête, le menacer de couper son argent de poche, lui interdire de sortir le soir, lui mentir en disant qu'ils n'ont jamais touché à de la drogue, le culpabiliser, par exemple: Comment peux-tu nous faire de la peine ainsi? Nous n’en dormons pas la nuit et nous passons nos journées à nous demander si tu vas finir tes jours en prison. C’est comme ça que tu nous dis merci pour tout ce qu'on a fait pour toi? N’as-tu pas de cœur? Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu pour mériter un fils comme toi

Certains parents aiment mieux faire l’autruche. Ils nieront la situation en se disant que ce n’est pas si grave que ça, que c’est normal qu'un adolescent fasse ce genre d’expériences. Ils se disent que leur fils arrêtera de lui-même, alors ils ne lui en parlent pas du tout et évitent de s’en parler entre eux. 

Personnellement, je me souviens d’un incident où ma réaction a été destructrice autant pour moi que pour les personnes impliquées. J’avais de la difficulté à obtenir un prêt après que la banque m’ait assuré qu’il n’y aurait aucun problème. Ma première réaction fut de critiquer le système bancaire et ensuite l’agent. Je ressentais de la colère et de l’agressivité en moi du fait qu'on m’a donné de l’espoir pour me décevoir par la suite. D’autres problèmes sont survenus jusqu'à ce que je réalise que je ne trouverais pas de vraie solution tant que je ne lâcherais pas prise et que je n’accepterais pas la situation. 

De nombreuses fois, j'ai rencontré des participants dans les ateliers qui vivaient beaucoup d’agressivité et de colère durant une séparation ou un divorce. Ils ne pouvaient arriver à une entente pacifique entre eux. Je me souviens d'une dame en particulier qui aurait perdu beaucoup d’argent en acceptant les conditions de son mari. Il était très riche, mais ne voulait presque rien lui laisser. Elle était très déterminée à se battre en cour tant qu’elle n’aurait pas ce qu’elle pensait mériter. Après avoir appris ce qu'est la notion de responsabilité durant un atelier, elle a choisi d’arrêter toute contestation et de laisser son mari décider des détails pour leur divorce.

Quelques mois plus tard, quand je l’ai revue, elle m’a annoncé avec excitation que son mari avait finalement décidé de lui donner le double de ce qu’elle avait demandé au départ. Dans l'entente, il avait même inclus une maison à revenus pour l’aider à avoir une meilleure sécurité financière. Il lui a dit avoir réalisé à quel point elle lui avait apporté son aide et son soutien pendant leur union. Voilà le miracle du lâcher-prise.

 Je vous rappelle que lâcher prise ne veut pas dire ne rien faire et abdiquer. Cela signifie plutôt de se souvenir de ce qu’on veut, le partager aux autres quand nécessaire, tout en acceptant qu’on ne puisse tout contrôler. C’est surtout le fait de ne pas être attaché aux résultats, c’est-à-dire réussir à se sentir bien même si on n’a pas le résultat escompté et savoir que l’Univers s’occupe toujours de nous. Parfois, ce que nous voulons arrive d’une autre façon. Nous ne recevons pas ce que nous avons demandé, mais cela répond davantage à notre besoin. 

Le moyen par excellence pour arriver à lâcher prise est de mettre en application la notion de responsabilité qui dit que chacun crée sa vie et est tenu d'assumer les conséquences de ses décisions. 

Pour revenir à l’exemple de l’adolescent qui se drogue, tout ce que les parents ont à faire c’est de lui enseigner la notion de responsabilité en vérifiant avec lui comment il se sent et comment il s’y prendrait pour assumer les conséquences de ses actions. Ils pourraient aussi dresser ensemble une liste des conséquences possibles. Il est important que leur fils sente qu’il ne sera pas moins aimé, quel que soit son choix. Les parents ont le droit d’être déçus, ce qui ne les empêche pas d’apprécier ce qu’EST leur fils. Le plus bel héritage qu’un parent puisse laisser à son enfant c’est de lui enseigner la notion de responsabilité en lui montrant l'exemple.

Avec amour, 

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons les articles suivants :

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend